au jour le jour, vous dévoile son éphéméride

Articles tagués ‘plaisir’

Dilettante

J'avais soulevé une question à la fin de ma note sur le Plaisir… Voici la réponse.

Le dilettante est celui qui envisage les choses du point de vue du plaisir esthétique, celui qui fait les choses, non pas en professionnel, mais en amateur. Qui dit "amateur" dit quelqu'un qui aime une ou plusieurs choses, un art (amateur de musique, amateur de chevaux, amateur de jolies filles…) ; ou aussi  une personne qui effectue une tâche sans rémunération, au contraire d'un professionnel.

Dilettante vient de l'italien dilettante, "celui qui trouve plaisir à quelque chose", plus spécifiquement "amateur d'art" ; ce participe présent employé en substantif correspond au français "délecter". 
Ce mot a vu son sens évoluer : d'"amateur  de musique italienne", il est passé à "amateur de musique", puis à "amateur d'art". Aujourd'hui, le dilettante est celui qui exerce une activité comme un passe-temps, quelquefois avec une nuance péjorative – en "amateur" ; ou lorsqu'il s'applique  à un esthète qui vit au gré de sa fantaisie – un dandy en tant qu'attitude sociale. [Le Robert, Dictionnaire historique de la langue française, sous la dir. d'Alain Rey].
Si l'on remonte aux étymologies latines, ce mot a la même origine que les mots dilection (amour tendre, ça m'inspire…), prédilection et se délecter.
Je suis donc une dilettante, et j'en suis fière ! 

"Quand Rabourdin le faisait venir en bas pour lui expliquer un travail, Phellion tendait son intelligence, il écoutait les moindres paroles du chef comme un dilettante écoute un air aux Italiens" [Balzac, « Les employés »].

Combien de gamins sont traités de dilettante, sur leur bulletin scolaire, par des profs ignorant le sens des mots qu'ils utilisent, ce qui est un comble ! 

Pour moi, le meilleur exemple de dilettante me semble être un chat. Je découvre avec surprise qu'une maison d'édition a dû penser la même chose… 

Chat dilettante 

Publicités

Mon deuxième, c’est Plaisir

Quand nous éprouvons du désir, nous espérons atteindre du plaisir !

Contentement, allégresse, liesse, jubilation, félicité, aise, ravissement, béatitude, bonheur, joie, bien-être, satisfaction, délectation, jouissance, euphorie, régal, amusement, distration, divertissement, réjouissance, jeu, récréation, fête, ébats, passe-temps, partie, agrément, charme, délice, lascivité, concupiscence, volupté, sensualité, luxure, gourmandise appétit… voilà les mots associés à "plaisir".

L’être humain a des besoins. Le plaisir  provient de  la satisfaction des besoins, qu'ils soient physiques, intellectuels, moraux, sexuels…
Le plaisir est-il un droit ? Je l'espère, même s'il doit comporter certaines  limites.
Le plaisir donne-t-il du bonheur ? Oui, mais d'une manière éphémère, puisqu'il procure une satisfaction ponctuelle et limitée dans le temps.

Je m'aperçois que je n'ai guère de plaisir à rédiger cette note. Pourquoi l'écrire alors ?  Ce matin, j'ai envie de prendre du bon temps, le printemps est là, mon plaisir ne réside pas dans l'écriture mais dans des plaisirs plus "matériels",  plus sensuels (je n'ai pas dit sexuels), caresser mon chat qui ronronne… de plaisir, respirer le parfum des giroflées, contempler les yeux, les mains d'un être cher, écouter le dernier album de Paul Simon ou d'autres musiques auxquelles mon oreille est sensible, déguster à l'apéro des bouchées aux speculoos (ceux qui connaissent apprécieront…) ; bref mettre en émoi tous mes sens pour le plaisir de me sentir vivre.

"En amour, le plaisir que j'éprouve est pour moi secondaire. Ma sensualité se satisfait fort bien du plaisir que je donne", disait Sacha Guitry.   Faudrait pas exagérer non plus !

Parler de plaisir sans évoquer l'orgasme serait une faute impardonnable, d'autant qu'il s'agit d'un domaine dans lequel la femme est supérieur à l'homme :
1. elle peut simuler
2. elle est capable d'en éprouver plusieurs à la suite
Et toc !

 

Mais comment appelle-t-on celui qui envisage les choses du seul point de vue du plaisir esthétique, celui qui fait les choses, non pas en professionnel, mais en amateur ? La réponse dans quelques jours…

Pour patienter, ce poème évocateur, de Denyse de Magny

Je t'aime, ô mon amant
Ma chair émue garde le souvenir de ton baiser
Baiser doux et subtil, tendre et profond
J'ai la hantise de ta chair pénétrant ma chair
Tu m'as fait tienne
J'ai nié le pouvoir de la chair
Blasphème !
Ô chair, divine chair
Sois bénie
Je me sens lasse
Délicieusement lasse
Je niais la volupté,
Ô crime, je t'avais reniée, ô volupté !
Je te célèbre aujourd'hui sur le mode majeur et sur le mode mineur
Ce soir je renais à l'amour
Vibration divine
Je me sens lasse, infiniment lasse
De la bonne fatigue,
De la fatigue sacrée
J'ai reçu le baiser de la communion
Et bu l'eau du baptême
Je suis ivre d'amour
Ton baiser savant et répété
A fait sourdre des profondeurs de mon être
Où il croyait pour toujours sommeiller,
Le désir ancestral des faunesses,
Ah! verse-moi, verse-moi l'ivresse
Prends-moi, prends-moi toute en ta caresse
De nos corps confondus s'élève une odeur de folie
Tes baisers ont fait chanter toutes les cordes
De mon corps tendues comme une harpe
Et je m'ouvre en un suprême appel
Pour recevoir l'offrande de ton amour

Nuage de Tags